Back to all categories

Traducteurs : ajoutez la post-édition à vos services

Published: July 29, 2022 by:

Pourquoi post-éditer ?

La post-édition est de plus en plus présente sur le marché de la traduction (et même maintenant en traduction audiovisuelle). On voit partout des webinaires sur le sujet, beaucoup de clients en demandent et les traducteurs freelances ajoutent à leur CV la mention “post-édition”.

OK, c’est la tendance du moment, et pourtant vous êtes encore méfiant de cette nouvelle pratique ? Dans cet article, on vous explique pourquoi c’est intéressant de faire de la post-édition quand on est traducteur freelance et quelles compétences cette activité requiert.

Pourquoi post-éditer ?



1. Pour offrir un plus grand panel de prestations



Forcément, ça ajoutera une prestation supplémentaire que vous pourrez offrir à vos clients.Ça prouve que vous êtes polyvalent, que vous savez maitriser plusieurs services de traduction différents et vous ajuster aux différentes attentes qualité/prix.

2. Pour être en accord avec votre temps



En proposant de la post-édition, ça montre aussi que vous êtes ouvert au changement et à l’arrivée des nouvelles technologies, et donc que vous savez vous adapter. Plutôt que de rejeter la traduction automatique, vous l’acceptez et vous en tirez profit !

3. Pour stimuler votre cerveau



En effet, en alternant les projets de traduction “classique” avec des missions de post-édition, vous entrainez votre cerveau à réfléchir autrement, à avoir une approche différente du texte traduit (puisque c’est une machine qui l’a généré). C’est un exercice à part entière qui permet d’être complémentaire à la traduction.

4. Pour être plus efficace



L’outil de traduction automatique vous mâche le travail, c’est pratique ! En ayant directement le texte brut pré-traduit, vous avez déjà une base. Et là, votre travail peut commencer : vous intervenez pour opérer les changements nécessaires.

Quel profil ?



D’abord, il faut savoir qu’il y a en réalité 2 profils pour la post-édition :

La post-édition de la traduction automatique, c’est le plus courantLa post-édition de la transcription automatique, qu’on appelle “pré-édition”

La post-édition



Pour post-éditer une traduction automatique, la base, c'est d'être déjà traducteur (traducteur-adaptateur, traducteur audiovisuel, traducteur spécialisé, interprète, etc.).Et il faut maitriser au moins une deuxième langue vivante pour pouvoir comparer la langue source et la langue cible.

Ensuite, sans surprise, il faut aussi maitriser la technologie (CAT tool, traducteur en ligne…) et avoir un intérêt pour la nouvelle technologie (traduction neuronale, deep learning…). Vous serez plus à l’aise pour post-éditer : prédire les erreurs machine et savoir comment les corriger.

Un bon post-éditeur sait aussi être efficace dans ses corrections. Il faut savoir prendre des décisions rapidement pour que ce soit rentable : quels segments nécessitent d’être corrigés ?, à quel public cible je m’adresse ?, quelles attentes qualité ? est-on sur de la post-édition légère ou complète ?, etc.

La pré-édition



Dans ce cas, comme on opère sur une transcription automatique, avec une seule langue de travail, le profil recherché est différent. La pré-édition est plutôt faite pour les correcteurs-relecteurs, journalistes, secrétaires de rédaction, transcripteurs, etc.

Bien entendu, une excellente maitrise de la langue française (orthographe, grammaire, syntaxe…) est exigée pour pouvoir relire et corriger une transcription automatique. La personne doit faire preuve de rigueur, de cohérence et doit pouvoir repérer les fautes rapidement.

Point intéressant : face à une transcription automatique, les erreurs de transcription vont forcément différer des erreurs humaines, puisque c’est un outil de reconnaissance vocale (speech-to-text) qui en est “l’auteur”. Un bon pré-éditeur doit donc savoir reconnaître et gérer ces erreurs machine.

Alors, convaincu ? Vous voulez vous mettre à la post-édition ?



Apprenez à post-éditer avec SPOTL en suivant nos tutos vidéos.Et venez rejoindre notre réseau de post-éditeurs international, en candidatant ici